Biogénèse (synthèse, adressage et assemblage) des protéines membranaires intégrales
biochimej Flux RSS

 

1. Introduction

a. Glossaire
b. Principes généraux de la biogenèse des protéines transmembranaires

2. Rôle clé du réticulum endoplasmique (RE) dans la biogénèse de très nombreuses protéines transmembranaires

a. Les séquences d'adressage vers le RE et les peptides signaux du RE
b. La particule de reconnaissance du signal (SRP)
c. Les canaux de translocation ou translocons
d. La voie GET d'insertion des protéines transmembranaires
e. Le complexe protéique transmembranaire du RE (EMC)
f. Synthèse des voies d'insertion des protéines transmembranaires dans le RE

3. L'import de protéines précurseurs dans la mitochondrie

a. Principe général
b. Les grandes voies d'import dans la mitochondrie
c. La voie d'import de protéines avec une pré-séquence hydrolysable
d. La voie d'import des protéines qui possèdent un motif spécifique de cystéines
e. OXA1 : la voie d'import/export de la matrice vers la membrane interne de la mitochondrie

 

4. Insertion des protéines de topologie en tonneau β dans les membranes des mitochondries

a. Généralités
b. Rôle de la porte latérale de Sam50 dans l'insertion des protéines en tonneau β
c. Caractéristiques des protéines en tonneau β

5. Structure de la membrane interne des mitochondries - Le complexe MICOS

6. Contacts entre le RE et la mitochondrie

7. Biogénèse des protéines des membranes des chloroplastes

8. Biogénèse des protéines des membranes des peroxysomes

a. Généralités
b. Mécanismes d'import dans la membrane et dans la matrice

9. Les protéines des membranes des bactéries

a. La membrane externe
b. Biogénèse des protéines en tonneau β de de la membrane externe
c. Protéines de la membrane interne des bactéries : voies SEC et TAT

10. Liens Internet et références bibliographiques

 

1. Introduction

Toute forme de vie nécessite une barrière physique qui sépare les environnements intracellulaire et extracellulaire : cette barrière est constituée par les différents types de membranes.

Environ 25% des gènes codent des protéines membranaires intégrales (PMI). Celles-ci sont insérées :

  • Directement dans la membrane plasmique des bactéries et des archées qui, de manière générale, ne possèdent pas de compartiments sub-cellulaires.
  • Dans la membrane du réticulum endoplasmique (RE) des eucaryotes pour la grande majorité de leurs PMI : ces protéines s'y replient et s'y assemblent avant d'être adressée à leur localisation membranaire finale.
  • Dans les membranes des mitochondries, des chloroplastes et des peroxysomes des eucaryotes.

Les PMI peuvent être classées en :

  • Protéines monotopiques intégrées dans un feuillet de la membrane. Il existe 4 types d'interactions entre ce type de protéines et les membranes cellulaires : (i) via une hélice α amphipathique parallèle au plan de la membrane; (ii) via une boucle hydrophobe; (iii) via un lipide membranaire covalemment lié; (iv) via des interactions ioniques ou électrostatiques avec des lipides membranaires.
  • Protéines polytopiques ou protéines transmembranaires qui traversent la membrane au moins une fois. Elles peuvent avoir une topologie différente selon l'orientation des extrémités N- et C-terminales des domaines transmembranaires par rapport aux faces interne et externe de la membrane. Les PMI dites multipasses traversent la membrane plusieurs fois : le repliement correct des segments transmembranaires est un défi supplémentaire.

La structure des PMI répond à deux types d'architecture ou topologie :

(i) Le faisceau d'hélices ("α-helix bundle")

  • Le RE des eucaryotes est un dérivé issu de l'évolution de la membrane plasmique des procaryotes : en conséquence, leurs machineries d'insertion ont des liens et partagent des principes mécanistiques clés.
  • Les segments transmembranaires des protéines du RE et de la membrane plasmique des procaryotes sont généralement α-hélicoïdaux : cette configuration structurale permet au squelette amide hydrophile de la protéine d'être protégé par un ensemble de liaisons hydrogènes de l'intérieur hydrophobe des deux couches lipidiques.
  • Les protéines en faisceau d'hélices se trouvent dans toutes les membranes cellulaires. Elles sont donc beaucoup plus nombreuses et assurent des fonctions bien plus diversifiées (récepteurs, transporteurs, canaux, enzymes, … ).

(ii) Le tonneau β ("β-barrel")

  • Les PMI dites en tonneau β se trouvent dans la membrane externe des bactéries Gram-, dans les membranes des mitochondries et des chloroplastes.
  • Elles y jouent de multiples rôles. Exemples : sous-unités de certaines translocases de pré-protéines, porines (transport de solutés), lipocalines, ...
  • Étant exposées à la surface des bactéries, de nombreuses protéines de ce type sont des sites de fixation des bactériophages et des toxines bactériennes.

Les PMI sont essentielles pour de nombreux processus tels que l'adhésion cellulaire et la reconnaissance entre cellules, le trafic membranaire (les divers transports) ou le trafic vésiculaire et leur régulation, les cascades de signalisation, l'établissement de la polarité cellulaire, ... Ces protéines sont donc des cibles thérapeutiques importantes.

Leur fonction repose sur leur homo- ou hétéro-oligomérisation et cette complexité, combinée à celles des bicouches lipidiques, rendent particulièrement difficiles leur purification, la détermination de leur stœchiométrie et la cinétique des évènements structuraux (dynamique des complexes membranaires) qui contrôlent leur régulation.

Voir un cours sur les constituants des membranes biologiques.

Retour haut de page

a. Glossaire

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique golgi translocon SecY oligomere peptide signal biochimej

Séquence d'adressage Courte séquence d'une chaîne polypeptidique qui dirige l'adressage (la destination finale) d'une protéine vers une membrane spécifique. La séquence d'adressage ou peptide signal est située en général à l'extrémité N-terminale ou dans le premier domaine transmembranaire. Elle peut être ou non hydrolysée.
Voir un complément sur les peptide signaux.
Peptide signal ou séquence signal Séquence d'adressage qui se trouve à l'extrémité N-terminale des protéines sécrétées et de certaines protéines membranaires. Une fois qu'ils ont rempli leur fonction d'adressage, les peptides signaux sont hydrolysés par une peptidase du signal.
Protéines membranaires de type I (topologie Nexo) PMI contenant un peptide signal tel que l'extrémité N-terminale de la chaîne polypeptidique mature est orientée vers la lumière après hydrolyse de ce peptide signal.
Protéines membranaires de type II (topologie Ncyt) PMI dont l'extrémité N-terminale est orientée vers le cytosol.
Protéines membranaires de type III PMI dont l'extrémité N-terminale est orientée vers la lumière (topologie Nexo). Ces protéines possèdent une région N-terminale courte (< 50 acides aminés) flanquante.
Protéines membranaires ancrées par une extrémité PMI dont l'unique domaine transmembranaire se situe à environ 65 acides aminés de l'extrémité C-terminale et dont l'extrémité N-terminale est orientée vers le cytosol.
Ces protéines sont appelées "tail-anchored (TA) proteins".
Protéine membranaire à un passage ou multipasses Protéine ou sous-unité dont la chaîne polypeptidique traverse la membrane une fois ou plusieurs fois (multipasses).
Complexe Sec61 (eucaryotes) ou complexe SecY (procaryotes) Complexe protéique hétérotrimérique qui transloque des segments polypeptidiques hydrophiles au travers d'une membrane via un canal et insère des domaines hydrophobes dans cette membrane via une porte latérale ("lateral gate").
Insertase Protéines transmembranaires contenant une poche hydrophile qui facilite la translocation de courts segments polypeptidiques au travers de la membrane en même temps que l'insertion du domaine transmembranaire.
Superfamille Oxa1 Groupe d'insertases liées sur le plan évolutif : il comprend Oxa1 dans la membrane interne de la mitochondrie, YidC dans la membrane interne des bactéries, Ylp1 dans la membrane plasmique des archées, Alb3 dans la membrane interne du chloroplaste, GET1, EMC3 et TMCO1 dans le RE.
Chaperon intramembranaire Facteur du repliement des chaînes polypeptidiques dans la membrane : il protége les domaines transmembranaires (partiellement hydrophiles) des polypeptides naissants jusqu'à leur assemblage avec d'autres domaines transmembranaires.
Chaperonine Famille de complexes multimèriques avec une fonction chaperon dirigée par l'hydrolyse de l'ATP. Leur structure est un cylindre avec une chambre interne qui fournit un environnement protégé dans lequel la chaîne polypeptidique des protéines naissantes se replient.
Facteur d'assemblage Facteur qui favorise l'assemblage de deux ou plusieurs protéines, éventuellement en protégeant temporairement l'interface entre leurs sous-unités.
Source : Hegde & Keenan (2021)

Retour haut de page

b. Principes généraux de la biogenèse des protéines transmembranaires

C'est l'un des processus cellulaires les plus anciens et ses mécanismes sont remarquablement conservés. La biogenèse des protéines membranaires peut être divisée en 4 étapes :

  • L'adressage : processus par lequel une protéine naissante est délivrée à la membrane où elle sera insérée.
  • L'insertion dans la membrane des domaines transmembranaires avec une topologie appropriée. Certaines parties de la chaîne polypeptidique peuvent être dans le cytosol.
  • La plupart des chaînes polypeptidiques nécessitent des étapes de repliement supplémentaires dans la membrane.
  • Enfin, de nombreuses PMI sont assemblées avec des partenaires obligatoires pour leur fonction.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique golgi translocon SecY oligomere peptide signal biochimej

Source : Hegde & Keenan (2021)
TMD ("TransMembrane Domains") : domaines transmembranaires; ABC : "ATP-Binding Cassette"; C : extrémité C-terminale; GPCR ("G-Protein-Coupled Receptor") : récepteur couplé à une protéine G; N : extrémité N-terminale; SNARE : traffic vésiculaire.

Le génome humain code environ 5.000 PMI composées de environ 20.000 domaines transmembranaires qui diffèrent considérablement par leur séquence, par leurs propriétés biophysiques, par leur(s) emplacement(s) dans la protéine et par leur topologie.

La machinerie d'adressage et d'insertion doit donc assumer de nombreuses fonctions délicates pour insérer une telle diversité de PMI dans les divers types de membranes.

  • Les domaines transmembranaires hydrophobes des PMI doivent être protégés du cytosol aqueux très concentré en protéines (environ 300 mg/ml) car toute interaction inappropriée avec ces protéines favoriserait une agrégation délétère. Les domaines transmembranaires doivent donc être reconnus par une machinerie d'adressage lorsqu'ils émergent du ribosome.
  • Les PMI doivent être adressées à l'organite approprié ce qui nécessite que les facteurs d'adressage cytosoliques se fixent à des récepteurs membranaires spécifiques.
  • Les domaines transmembranaires ont besoin d'une voie de transport de la surface de la membrane fortement polaire vers le coeur hydrophobe des deux couches lipidiques. Cette insertion des domaines transmembranaires doit être asymétrique, avec une orientation finale compatible avec l'état replié de la PMI.
  • La longueur des domaines transmembranaires peut ne pas correspondre à l'épaisseur de la bicouche lipidique du RE du fait de différences de composition membranaire entre le RE et la destination membranaire finale de la PMI.

En conséquence, la machinerie d'insertion doit reconnaître, orienter et fournir un chemin dans la membrane pour une gamme extrêmement diverses de séquences et donc de structures protéiques.

La plupart des PMI de la cellule peuplent la membrane plasmique et les compartiments subcellulaires des voies de sécrétion et d'endocytose. Toutes ces protéines sont initialement assemblées au niveau du RE, où les domaines transmembranaires des PMI sont intégrés dans la membrane et où la topologie finale est acquise.

  • Si ces étapes de la biogenèse des PMI réussissent, les PMI sont adressée à l'endroit de la cellule où elle fonctionnent.
  • Sinon, l'une des nombreuses voies de contrôle de la qualité les achemine vers un processus de dégradation.

Retour haut de page

2. Rôle clé du RE dans la biogénèse de très nombreuses protéines transmembranaires

Le RE joue un rôle essentiel dans la synthèse, les modifications et le transport de molécules biochimiques utilisées à l'intérieur et à l'extérieur de la cellule.

  • La membrane du RE est le siège de la synthèse des PMI et des lipides de certains organites : le RE lui-même, l'appareil de Golgi, les lysosomes, les endosomes et les vésicules de sécrétion, la membrane plasmique.
  • En effet, le RE possède les enzymes de synthèse des lipides (trop hydrophobes pour être solubilisés dans le cytoplasme) qui sont insérés dans sa propre membrane.

L'import des protéines dans le RE est un processus essentiellement co-traductionnel mais certaines PMI sont insérées dans le RE de manière post-traductionnelle :

  • La majorité des protéines sécrétées de la cellule et celles destinées à la lumière du RE, de l'appareil de Golgi ou des lysosomes sont donc d'abord orientées dans la lumière du RE à l'aide d'une séquence signal dans leur chaîne polypeptidique en cours de synthèse.
  • Cette séquence est un signal pour le ralentissement de la traduction et elle arrime les ribosomes (auxquels sont fixées les chaînes polypeptidiques inachevées) aux protéines du RE :
    • La traduction se poursuit alors à l'intérieur de la membrane du RE. Ainsi, quand la protéine est complètement synthétisée, elle est déjà insérée dans une membrane.
  • La chaîne polypeptidique des protéines qui restent dans le RE contient une séquence spécifique d'acides aminés, appelée signal de rétention, qui retient ces protéines résidentes dans le RE.

Retour haut de page

a. Les séquences d'adressage vers le RE et les peptides signaux du RE

Günter Blobel a reçu le Prix Nobel en 1999 pour sa découverte que les protéines ont des signaux intrinsèques qui régissent leur transport et leur localisation dans la cellule.

Une séquence d'adressage située à au moins 65 acides aminés de l'extrémité C-terminale est requise pour un adressage co-traductionnel.

  • Cette contrainte de distance résulte du fait que le site de reconnaissance de la séquence d'adressage par la particule de reconnaissance du signal ("Signal Recognition Particle" - SRP) est situé à environ 35 acides aminés du centre de la peptidyltransférase à l'intérieur du ribosome.
  • Après la reconnaissance, l'adressage vers le RE médié par la SRP prend environ 5 à 7 secondes, au cours desquelles environ 30 autres acides aminés peuvent être synthétisés.
  • L'adressage co-traductionnel ne se produit donc que si la traduction n'est pas terminée pendant cette période, raison pour laquelle la SRP nécessite que les signaux d'adressage soient éloignés de l'extrémité C-terminale.

La plupart des peptides signaux (ou séquences signal) du RE sont constitués :

  • d'une sous-séquence N-terminale polaire qui facilite leur insertion frontale initiale et leur inversion ultérieure
  • d'une sous-séquence centrale hydrophobe ("h-region")
  • d'une sous-séquence C-terminale polaire contenant les résidus d'acides aminés qui dirigent l'hydrolyse de la séquence signal

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Source : O'Keefe & High (2020)

Les peptides signaux contenant une région h hydrophobe peuvent ouvrir seuls le canal Sec61.

Les protéines qui possèdent un peptide signal de faible hydrophobicité nécessitent des composants accessoires :

  • Le complexe TRAP ("Translocon-Associated Protein") est localisé dans la membrane du RE et s'associe au canal translocon Sec61 sous forme d'hétérotétramère (sous-unités alpha, bêta, gamma et delta).
  • Le complexe TRAP aide à la translocation des protéines précurseurs qui ont des peptides signaux de faible hydrophobicité dans la région h et/ou une teneur élevée en glycine/proline.
  • Le complexe TRAP interagit avec la calnexine (protéine qui fixe le calcium) : cette interaction est nécessaire pour le contrôle qualité du repliement correct des protéines glycosylées. En effet la calnexine interagit elle-même avec les glycoprotéines nouvellement synthétisées dans le RE.
  • Le complexe TRAP aide à l'assemblage des protéines et/ou à la rétention dans le RE de sous-unités protéiques non assemblées.
  • Le complexe TRAP peut également être impliqué dans la dégradation associée au RE.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Source : Pfeffer et al. (2017) - OST : oligosaccharyltransferase

Sec62/Sec63 facilitent également la translocation co-traductionnelle de protéines sécrétoires avec des peptides signaux caractérisés généralement par une région h plus longue avec une hydrophobicité plus faible et une région c de polarité réduite.

Retour haut de page

b. La particule de reconnaissance du signal ("Signal Recognition Particle" - SRP)

Le complexe SRP, le ribosome et la RNAse P sont les 3 particules ribonucléoprotéiques conservées dans tous les règnes du vivant.

Chez les bactéries, SRP est constituée d'une molécule d'ARN 4,5S et de la protéine Ffh (homologue de la sous-unité SRP54, voir ci-dessous).

Chez les eucaryotes, le complexe SRP peut être structuralement et fonctionnellement divisé en 2 domaines :

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Source : Morgana et al. (2021)

  • Le domaine Alu, composé du domaine I d'un ARN 7S et des sous-unités SRP9 et SRP14.
  • Le domaine S, composé des domaines II à IV de l'ARN 7S et des sous-unités SRP19, SRP54, SRP68 et SRP72.
  • Le chiffre SRPX indique la masse molaire (en kDa) approximative de la sous-unité.

Mécanisme

Voir une belle vidéo du mécanisme : "Signal-Recognition-Particle".

Le complexe SRP se fixe au récepteur de SRP :

  • La sous-unité SRP54 est un élément clé de la reconnaissance de la séquence signal, de l'interaction avec le ribosome et de l'interaction avec le récepteur de SRP.
  • Le complexe [ribosome - chaîne polypeptidique en cours de biosynthèse] est ainsi adressé à la membrane plasmique chez les procaryotes ou à la membrane du RE chez les eucaryotes via l'interaction du complexe SRP avec le récepteur de SRP.
  • Ce complexe est ensuite transféré au translocon Sec61 chez les eucaryotes ou au translocon SecYEG chez les bactéries et les archées.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Le complexe SRP ralentit l'élongation de la chaîne polypeptidique en cours de biosynthèse ("elongation arrest").

La chaîne polypeptidique en cours d'élongation emprunte le canal pour passer entièrement dans la lumière du RE (dans le cas d'une protéine sécrétée, dirigée vers l'appareil de Golgi) ou pour être intégrée à la membrane (dans le cas d'une PMI). Il s'agit donc d'un transport co-traductionnel puisque l'élongation de la chaîne polypeptidique continue pendant le passage dans le RE.

Cependant, chez les eucaryotes, SRP participe également :

  • au tri post-traductionnel des protéines membranaires ancrées par une extrémité
  • à l'import post-traductionnel de certaines protéines codées par le noyau vers la membrane des thylacoïdes des chloroplastes

Le complexe SRP et le récepteur de SRP se dissocient pour participer à la translocation d'une autre chaîne polypeptidique en cours de biosynthèse Le cycle SRP est un processus dont l'énergie est fournie par l'hydrolyse du GTP : le complexe SRP et le récepteur de SRP possèdent une activité GTPase.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Source : Numerade

L'ARN 7SL

  • L'ARN 7S est appelé 7SL ou 4,5S. Il contient 300 nucléotides.
  • Voir : SRP clan (base de données RFAM); 7SL et domaine Alu : PDB 1E8S

L'ARN 7SL est constitué de 4 domaines (I-IV) composés de 12 hélices (1-12) qui contiennent 4 motifs conservés qui constituent les sites d'interaction avec les sous-unités de SRP. L'ARN 7SL se replie dans une structure secondaire double brin cruciforme où le domaine S en forme de "Y" est la région centrale de l'ARN.

Les sous-unités SRP9 et SRP14 possèdent une structure super-secondaire [αβββα], topologie similaire à celle des protéines de liaison à l'ARN double brin : elles forment un hétérodimère stable qui reconnaît le motif "UGUNR" de l'ARN, localisé à l'extrémité 5' hautement conservée du domaine Alu de l'ARN 7SL.

Conformément à son rôle dans l'arrêt de l'élongation, le domaine Alu se lie à l'interface avec le ribosome (voir la figure 8 de l'article Soni et al., 2021).

Le récepteur de SRP est un hétérodimère :

  • La sous-unité α (≈ 70 kDa) est une GTPase membranaire périphérique.
  • La sous-unité β (≈ 25 kDa) est une GTPase transmembranaire qui ancre la sous-unité α à la membrane du RE.
  • La sous-unité SRP54 est un élément clé de l'interaction avec le récepteur de SRP.

Retour haut de page

c. Les canaux de translocation ou translocons

De nombreuses chaînes polypeptidiques doivent être transportées au travers d'un canal "conducteur" de protéines :

  • Le canal appélé Sec61 (complexe trimèrique constitué des 3 "protein-export membrane proteins" Secα, Secβ et Secγ) dans la membrane du RE des eucaryotes.
  • Le canal appelé SecYEG (complexe trimèrique constitué des 3 "protein-export membrane proteins" SecY, SecE et SecG) dans la membrane plasmique des procaryotes. Voir la structure de SecY de Methanococcus jannaschii : PDB 1RHZ.
  • Sec : abréviation de "secretory".

(i) Les protéines qui possèdent une séquence signal hydrophobe sont déplacées de manière co-traductionnelle au travers du canal Sec61 (ou SecYEG) :

  • La séquence signal (située à ou près de l'extrémité N-terminale du polypeptide en cours de biosynthèse) s'associe à SRP qui ralentit la synthèse.
  • Puis le récepteur de SRP guide le complexe [ribosome - chaîne polypeptidique en cours de biosynthèse] vers Sec61.
  • Après l'hydrolyse du GTP, SRP se dissocie du ribosome et du récepteur de SRP, ce qui déclenche la reprise de la synthèse de la chaîne polypeptidique qui s'insère dans Sec61.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

40S et 60S : sous-unités 40S et 60S du ribosome; SR : récepteur hétérodimérique de la SRP

(ii) Les protéines qui possèdent une séquence signal moins hydrophobes contournent SRP et sont déplacés au travers du canal après la traduction :

  • Chez les eucaryotes, la translocation post-traductionnelle est médiée par l'association du canal Sec61 à un autre complexe protéique membranaire tétramèrique : le complexe [Sec62/Sec63/Sec71(Sec66)/SEc72].
  • Les protéines substrats sont déplacées au travers du canal par la BiP-ATPase située dans la lumière du RE.
  • Sec63 provoque une large ouverture de la porte latérale du canal Sec61, amorçant le passage de séquences signal de faible hydrophobicité dans la phase lipidique.
  • L'ouverture latérale du canal est déclenchée par l'interaction de Sec63 avec les deux boucles cytosoliques du domaine C-terminal de Sec61 et les segments transmembranaires du domaine N-terminal de Sec61.
  • Le domaine cytosolique Brl de Sec63 bloque la fixation du ribosome au canal et recrute Sec71 et Sec72, les positionnant pour la capture de polypeptides associés à l'HSP70 cytosolique.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique peptide signal translocon Sec61 SecY recognition particle biochimej

Source des deux figures : Linxweiler et al. (2017)

Sec63 interagit avec Sec62 via des résidus d'acides aminés chargés négativement près de l'extrémité C-terminale de Sec63 et chargés positivement dans le domaine N-terminal de Sec62.

BiP-ATPase ("Endoplasmic reticulum chaperone BiP", E.C. 3.6.4.10) est une protéine chaperon (non chaperonine) de la lumière du RE qui joue un rôle clé dans le repliement des protéines et le contrôle qualité de ce repliement. Elle peut se lier à la boucle de Sec61α située dans la lumière du RE.

Retour haut de page

d. La voie GET d'insertion des protéines transmembranaires

La voie GET ("Guided-Entry of TA proteins") est requise pour l'insertion des protéines membranaires ancrées par une extrémité (ou "Tail-Anchored (TA) proteins") dans le RE de la levure et des mammifères. Certains gènes orthologues ont également été identifiés chez les plantes supérieures.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique peptide signal translocon voie GET GET3 GET5 pathway tail anchored biochimej

Source : Shu-ou Shan (2019)

  • La protéine TA libérée par le ribosome (étape 1) est capturée par Ssa1 (étape 2) : cette étape est en compétition avec l'agrégation de la protéine TA (processus du contrôle qualité du repliement dans le cytosol a).
  • Ssa1 transfère la protéine TA à Sgt2 (étapes 3 et 4) puis à GET3 (étapes 5 et 6). Ce second transfert se produit probablement via un mécanisme activé par un complexe protéique (GET4 et GET5).
  • Enfin, GET3 délivre la protéine TA aux récepteurs GET1 et GET2 (étape 7) pour l'insertion dans la membrane du RE.
Composant

Masse molaire
(Homo sapiens)

Caractéristiques
GET1 (WRB) ≈ 20 kDa Récepteur membranaire (comme GET2) de GET3 qui se fixe de manière sélective au domaine transmembranaire des protéines TA dans le cytosol.
Requis pour assurer la topologie correcte de CAMLG et son insertion dans le RE.
GET2 (ou CAML ou CAMLG - "Calcium signal-modulating cyclophilin ligand") ≈ 33 kDa Récepteur membranaire (comme GET1) de GET3. Nécessaire pour la stabilité de GET1.
Stimule la signalisation du calcium dans les cellules T grâce à son implication dans l'élévation du calcium intracellulaire.
GET3 (TRC40) ≈ 39 kDa ATPase qui reconnaît et se fixe de manière sélective au domaine transmembranaire des protéines TA dans le cytosol.
Le complexe [GET3 - protéine TA] cible ensuite le RE (via les récepteurs membranaires GET1 et GET2) où la protéine TA est libérée pour l'insertion.
Ce processus est contrôlé par la fixation puis l'hydrolyse de l'ATP : (i) la fixation de l'ATP induit un changement de conformation de l'homodimère GET3 dans un état "fermé" facilitant la reconnaissance des protéines TA nouvellement synthétisées; (ii) l'hydrolyse de l'ATP est nécessaire pour l'insertion.
GET3 revient dans l'état "ouvert" ce qui diminue son affinité pour le récepteur GET1 : celui-ci est renvoyé vers le cytosol pour initier un nouveau cycle d'adressage.
GET4 (TRC35) ≈ 36 kDa Au sein du complexe [GET4/GET5/BAG6 ("BCL2-associated athanogene cochaperone 6")] qui assure le contrôle de qualité du repliement des protéines cytosoliques, GET4 maintient les protéines contenant des régions mal repliés et hydrophobes dans un état "soluble" et participe à leur adressage au RE ou, au contraire, favorise leur envoi vers le protéasome où elles sont dégradées.
GET5 (UBL4A) ≈ 18 kDa Si le domaine transmembranaire de la protéine TA est fortement hydrophobe, celle-ci est transférée à GET3 via le complexe [GET4-GET5]. GET3 cible ensuite le complexe récepteur [GET1-GET2].
Si le domaine transmembranaire est de faible hydrophobicité, il n'est pas transféré à GET3 : la protéine TA est maintenue dans le cytosol via des interactions avec des chaperons (telles que SGTA, HSP70 et autres).
SGTA (Sgt2) ≈ 34 kDa Co-chaperone cytoplasmique riche en glutamine qui sert d'échafaudage pour réunir GET4, GET5 et d'autres sous-unités.

Get3, Get4 et Get5 et Sgt2 sont les homologues chez la levure de TRC40, TRC35, UBL4A et SGTA chez l'homme, respectivement.

Retour haut de page

e. Le complexe protéique membranaire du RE (EMC)

Chez l'homme, le complexe protéique EMC ("ER membrane protein Complex") est constitué de 10 sous-unités (≈ 200 x 70 x 100 Å) qui a une fonction d'insertase membranaire selon un processus indépendant de l'énergie (hydrolyse de l'ATP). L'EMC de la levure contient 8 sous-unités.

Le complexe EMC insère :

  • De préférence des protéines avec des domaines transmembranaires faiblement hydrophobes ou possèdant des acides aminés déstabilisants (résidus chargés et aromatiques).
  • Certaines protéines ancrées par une extrémité de leur chaîne polypeptidique de manière post-traductionnelle.
  • Certaines protéines membranaires traversant la membrane par plusieurs hélices de manière co-traductionnelle. Par exemple, il contrôle la topologie de certaines PMI multipasses comme les récepteurs couplés aux protéines G en insérant les domaines transmembranaires N-terminaux selon une topologie Nexo.

Schématiquement, la réaction catalysée par le complexe EMC est : protéine ancrée par l'extrémité C-terminale avec des domaines transmembranaires faiblement hydrophobes (associée à la calmoduline dans le cytoplasme) ou PMI de type III => protéine ancrée par l'extrémité C-terminale à la membrane du RE avec des domaines transmembranaires faiblement hydrophobes ou PMI de type III

Voir : "The Endoplasmic Reticulum Membrane Protein Insertion Complex (EMC) Family" - base de données "Transporter Classification Database"

Retour haut de page

f. Synthèse des voies d'insertion des protéines transmembranaires dans le RE

De multiples voies d'insertion fonctionnent en parallèle au niveau du RE pour tenir compte de la grande diversité de structures (topologies) et de propriétés physico-chimiques des PMI à insérer.

(a) Comparaison de l'insertion non assistée, médiée par l'insertase et médiée par les canaux pour les domaines transmembranaires (DTM).

  • L'insertion d'un DTM hydrophobe dans la membrane hydrophobe est énergétiquement favorable et la translocation d'un domaine flanquant hydrophile au travers de la membrane est défavorisée.
  • Les insertases abaissent la barrière d'énergie nécessaire à la translocation du domaine flanquant afin de faciliter l'insertion du DTM. Les canaux permettent à de longs domaines flanquants d'être déplacés en fournissant un conduit aqueux continu au travers de la membrane.

(b) Le complexe Sec61 contient un canal aqueux ("aqueous channel") pour la translocation des protéines et une porte latérale ("lateral gate") pour l'insertion de segments hydrophobes dans la membrane. Quand il est fermé, un domaine particulier appelé "plug domain" obture ce canal.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal canal channel Sec61 SecY domaine transmembranaire biochimej

Source : Hegde & Keenan (2021)

(c) Une PMI de type I contient un peptide signal qui engage la porte latérale de Sec61. Le segment polypeptidique qui suit est enfilé au travers du canal Sec61 puis le peptide signal est hydrolysé. Un DTM situé en aval pénètre dans le canal Sec61 puis dans la membrane via la porte latérale de Sec61.

(d) Une PMI de type II utilise son premier DTM pour engager la porte latérale de Sec61 de la même manière qu'un peptide signal. Le DTM pénètre dans la membrane par la porte latérale et le polypeptide situé en aval est transloqué par le canal Sec61.

Synthese assemblage protein membranaire integral membrane biogenesis reticulum endoplasmique oligomere peptide signal canal channel Sec61 SecY domaine transmembranaire biochimej

Source : Hegde & Keenan (2021)

(e) Insertion par la voie d'entrée guidée d'une protéine ancrée par une extrémité ("Guided Entry of Tail-anchored (TA) protein" - GET).

  • Un complexe d'adressage constitué de [l'ATPase GET3 et d'une protéine ancrée par une extrémité] est capturé par le domaine cytosolique de CAMLG/GET2. La fixation de l'ATP induit un changement de conformation de GET3 (dimère fermé) facilitant la reconnaissance de la protéine ancrée par une extrémité.
  • Puis le domaine cytosolique de GET1 libère la protéine ancrée par une extrémité de GET3.
  • Le DTM de la protéine ancrée par une extrémité s'insère dans la membrane en utilisant une poche hydrophile de GET1 pour faciliter la translocation de la courte extrémité C-terminale.

(f) Insertion d'une protéine ancrée par une extrémité par le complexe protéique membranaire du RE ("ER membrane protein complex" - EMC).

  • Le DTM de la protéine ancrée par une extrémité (maintenu soluble dans le cytosol par une protéine chaperon) engage le domaine cytosolique de l'EMC.
  • Puis le DTM est inséré dans la membrane, en utilisant une poche hydrophile de EMC3 pour faciliter la translocation de la courte extrémité C-terminale.

Synthese assemblage protein membranaire biogenesis reticulum endoplasmique integral membrane protein complex EMC domaine transmembranaire biochimej

Source : Hegde & Keenan (2021)

(g) Insertion de PMI de type III par l'EMC.

  • Un ribosome qui traduit une protéine contenant le DTM est dirigé vers le RE par SRP et le récepteur de SRP. À ce stade, le ribosome est suffisamment éloigné de la membrane pour permettre transitoirement à l'EMC d'échantillonner la région proche de la protéine naissante.
  • Le DTM engage le domaine cytosolique de l'EMC et est inséré dans la membrane, en utilisant la poche hydrophile de EMC3 pour faciliter la translocation de la courte extrémité C-terminale.
  • Le ribosome est ensuite rapproché de la membrane en s'arrimant à Sec61, où le reste de la chaîne polypeptidique est synthétisé et inséré.

Synthese assemblage protein membranaire biogenesis reticulum endoplasmique integral membrane protein complex EMC domaine transmembranaire ribosome biochimej

Source : Hegde & Keenan (2021)

Retour haut de page

3. L'import de protéines précurseurs dans la mitochondrie

Voir un rappel sur la structure, le génome et les propriétés des mitochondries.

a. Principe général

Du point de vue ultra-structural, la mitochondrie est constituée de 2 membranes (externe et interne) séparées par l'espace inter-membranaire et qui englobent la matrice.

Seules 13 protéines mitochondriales sont codées par le génome de la mitochondrie :

  • Parmi ces protéines, on peut mentionner les chaînes polypeptidiques qui constituent les sous-unités des complexes I, III et IV de la chaîne respiratoire et les modules F0-F1 de l'ATP synthase.
  • Elles sont synthétisées par des mitoribosomes associés à la membrane interne de la mitochondrie dans laquelle elles sont intégrées de manière co-traductionnelle par le complexe OXA1 ("OXidase Assembly protein 1").

En conséquence, plus de 99% des ≈ 1500 protéines mitochondriales sont synthétisées sous forme de précurseurs par les ribosomes dans le cytosol :

  • Les chaînes polypeptidiques de ces protéines précurseurs possèdent des signaux d'adressage, sous la forme d'une pré-séquence hydrolysable ou non , qui les dirigent vers le sous-compartiment mitochondrial correct.
  • Les pré-séquences sont une longueur moyenne de 15 à 50 acides aminés.
  • Le contrôle qualité (associé au ribosome) élimine les chaînes polypeptidiques en cours de biosynthèse - dans le cytosol et sur les mitochondries - qui sont défectueuses : ces chaînes sont dirigées vers la dégradation par les protéasomes.
  • En revanche, les chaînes polypeptidiques des protéines précurseurs maintenues par les chaperons cytosoliques dans un état déplié compatible avec l'import sont adressées à la mitochondrie.

Retour haut de page

b. Les grandes voies d'import dans la mitochondrie

Différentes voies d'import des pré-protéines du cytosol ont été identifiées selon les organismes :

  • Les translocons dans la membrane externe : TOM, MIM et SAM
  • Les translocons dans la membrane interne : TIM22, TIM23 et OXA1

Le choix du translocon (ou machineries d'import ) dépend de :

  • Du signal d'adressage spécifique (la pré-séquence des protéines précurseurs).
  • De la destination finale de ces pré-protéines dans la mitochondrie.

Synthese assemblage protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM MIA integral membrane protein domaine transmembranaire ribosome biochimej

Source : Pfanner et al. (2019)

α. La voie d'import des protéines qui possèdent une pré-séquence hydrolysable ("the presequence pathway")

  • Le complexe translocase de la membrane externe ("Translocase of the Outer Membrane complex" - TOM) est la principale voie d'entrée dans la mitochondrie de la plupart des pré-protéines codées par le génome nucléaire.
  • Puis les pré-protéines qui contiennent une pré-séquence sont ensuite importées par le complexe translocase de préséquence de la membrane interne ("presequence Translocase of the Inner Membrane complex" - TIM23). Ces pré-séquences sont protéolysées par des enzymes spécifiques.

Dans les autres voies d'import des protéines dans la mitochondrie, les protéines précurseurs ne contiennent pas de pré-séquences hydrolysables : elles possèdent différents signaux d'adressage.

β. La voie de la translocase porteuse ("the carrier pathway") : les précurseurs des protéines porteuses hydrophobes multipasses de la membrane interne sont importés par TOM, par les petits chaperons TIM de l'espace intermembranaire et par la translocase porteuse de la membrane interne ("carrier Translocase of the Inner Membrane" - TIM22).

γ. La voie d'import des protéines de topologie en tonneau β ("the β-barrel pathway") : les précurseurs des protéines de la membrane externe de la mitochondrie dont la structure a une topologie en tonneau β utilisent le complexe TOM et des petits chaperons TIM, suivis d'une insertion dans la membrane externe par la machinerie de tri et d'assemblage ("Sorting and Assembly Machinery " - SAM).

δ. La voie d'import des protéines qui possèdent un motif spécifique de cystéines : de nombreuses protéines de l'espace intermembranaire mitochondrial sont petites et contiennent des motifs spécifiques de cystéines (formation ou non de ponts disulfures dépendante de l'état rédox). Ces protéines sont importées via TOM et la machinerie d'import et d'assemblage mitochondrial ("Mitochondrial Import and Assembly" - MIA) de l'espace intermembranaire.

ε. La voie d'import des protéines qui possèdent des segments transmembranaires α-hélicoïdaux : certaines protéines de la membrane externe qui possèdent des segments transmembranaires α-hélicoïdaux sont importées par le complexe d'import mitochondrial ("Mitochondrial Import" - MIM) : ce complexe permet l'import de protéines qui possèdent une séquence signal d'ancrage N-terminale et l'import de protéines multipasses (polytopiques).

Retour haut de page

Dénomination des composants des machineries d'import des protéines mitochondriales chez la levure
Nom Nom chez la levure Alias Description - Fonction
Complexe translocase de la membrane externe - TOM ("Translocase of the Outer Membrane")
Tom70 YNL121C Mas70, Mom72, Omp1 Récepteur de protéines précurseurs non hydrolysables
Tom40 YMR203W Isp42, Mom38 Pore d'import général
Tom22 YNL131W Mas17, Mas22, Mom22 Récepteur central
Tom20 YGR082W Mas20, Mom19, Pom23, Rir16 Récepteur de pré-séquence
Tom7 YNL070W Mom7, Yok22 Facteur de stabilité / assemblage
Tom6 YOR045W Isp6, Mom8b Facteur de stabilité / assemblage
Tom5 YPR133W-A Mom8a Facteur de transfert et d'assemblage des pré-protéines
Machinerie de tri et d'assemblage de la membrane externe - SAM ("Sorting and Assembly Machinery")
Sam50 YNL026W Omp85, Tob55 Composant principal conservé du complexe SAM
Sam37 YMR060C Mas37, Pet3027, Tom37 Sous-unité du complexe SAM
Sam35 YHR083W Fmp20, Tob38, Tom38 Sous-unité du complexe SAM
Mdm10 YAL010C Fun37 Coopère avec le complexe SAM et Mdm12/Mmm1
Mdm12 YOL009C ---- Composant de la voie d'assemblage des protéines en tonneau β
Mmm1 YLL006W Yme6 Composant de la voie d'assemblage des protéines en tonneau β
Mim1 YOL026C Tom13 Impliqué dans la biogenèse des protéines de la membrane externe
Chaperons de l'espace intermembranaire ("Chaperones of intermembrane space" - small TIM proteins)
Tim13 YGR181W ---- Sous-unité du complexe chaperon Tim8-Tim13
Tim10 YHR005C-A Mrs11 Sous-unité du complexe chaperon Tim9-Tim10 et du complexe TIM22
Tim9 YEL020W-A ---- Sous-unité du complexe chaperon Tim9-Tim10 et du complexe TIM22
Tim8 YJR135W-A DDP1 Sous-unité du complexe chaperon Tim8-Tim13
Machinerie d'import et d'assemblage de l'espace intermembranaire - MIA ("Mitochondrial Intermembrane space import and Assembly machinery")
Mia40 YKL195W Tim40, Fmp15 Récepteur de l'espace intermembranaire de petites protéines précurseurs contenant des cystéines
Erv1 YGR029W ---- Sulphydryl oxydase qui fonctionne avec Mia40
Hot13 YKL084W ---- Factor d'assemblage
Complexe translocase porteuse de la membrane interne - TIM22 ("Carrier translocase of inner membrane")
Tim54 YJL054W ---- Sous-unité du complexe TIM22
Tim22 YDL217C ---- Sous-unité centrale du complexe TIM22 qui forme un canal
Tim18 YOR297C ---- Sous-unité du complexe TIM22
Tim12 YBR091C Mrs5 Sous-unité périphérique du complexe TIM22 associée à Tim9 et Tim10
Complexe translocase de pré-séquence de la membrane interne - TIM23 ("Presequence translocase of inner membrane")
Tim50 YPL063W ---- Sous-unité du complexe TIM23 orientée vers l'espace intermembranaire
Tim23 YNR017W Mas6, Mim23, Mpi3 Sous-unité du complexe TIM23 qui forme un canal
Tim21 YGR033C Fmp17 Interagit avec le complexe TOM et la chaîne respiratoire
Tim17 YJL143W Mim17, Mpi2, Sms1 Régulateur du traffic des pré-protéines dans le canal TIM23
Moteur associé à la translocase de pré-séquence - PAM ("Presequence translocase-Associated Motor")
mtHSP70 YJR045C Ens1, Ssc1 Chaperon central de PAM
Tim44 YIL022W Isp45, Mim44, Mpi1 Partenaire de l'HSP70 au niveau de la membrane interne
Pam18 YLR008C Tim14 Protéine JDP ("J-domain protein") de la membrane interne complexée à Pam16
Pam17 YKR065C Fmp18 Organisateur du module Pam18 - Pam16
Pam16 YJL104W Mia1, Tim16 Régulateur de Pam18
Mge1 YOR232W mtGrpE, Yge1 Facteur d'échange de nucléotides
Source : Bolender et al. (2008)

Retour haut de page

Dénomination des composants des complexes d'import des protéines mitochondriales chez différents organismes

Famille 3.A.8 : "The Mitochondrial Protein Translocase (MPT) Family" (base de données "Transporter Classification Database")

Complexe Levure / Fungi Homme Plantes Trypanosomatidae
SAM/TOB Sam50/Tob55, Sam35/Tob38, Sam37/Mas37, Mdm10 Sam50/Tob55, metaxine 1, metaxine 2 Sam50/Tob55, Sam37 (metaxine), Mdm10 Sam50/Tob55
TOM (translocase de la membrane externe) Tom40, Tom22, Tom5, Tom6, Tom7, Tom20, Tom70 Tom40, Tom22, Tom5, Tom6, Tom7, Tom20, Tom70 Tom40, Tom9 (Tom22), Tom5, Tom6, Tom7, Tom20, OM64 Atom40, Atom46, Atom69, Atom19, Atom14, Atom11, Atom12

TOM est un complexe composé de Tom5, Tom6, Tom7, Tom20, Tom22, Tom40 et Tom70 :

  • Tom40 est l'élément central de TOM et il est lié à Tom22 (masse totale d'environ 350 kDa). Il forme le canal central de translocation des protéines (diamètre de environ 2,5 nm).
  • Tom20 et Tom22 (ancrés dans la membrane externe par un seul segment transmembranaire) sont les récepteurs des pré-protéines : ils reconnaissent la pré-séquence hydrolysable des pré-protéines. Tom22 contribue à la stabilisation du complexe TOM.
  • Tom70 est un récepteur des pré-protéines qui possèdent une pré-séquence non hydrolysable. Il interagit comme ligand de chaperon.
MIM Mim1, Mim2 ----- ----- Atom36
MIA Mia40, Erv1 ----- Mia40, Erv1 Erv1
Small Tims Tim9, Tim10, Tim8, Tim13, Tim12 Tim9, Tim10a, Tim10b, Tim8, Tim13 Tim9, Tim10, Tim8, Tim13 TbTim9, Tbim10, TbTim11, TbTim12, TbTim13, TbTim8/13
TIM23 Tim23, Tim17, Tim50, Tim21 TIMM23, TIMM17, TIMM50 Tim23, Tim17, Tim50, Tim21 TbTim17, TbTim62 , TbTim54, TbTim42, TbTim50, ACAD, Rhomboid I, Rhomboid II, small TbTims
PAM Pam18, Pam16 (Tim16), Pam17, Tim44, Hsp70, Mge-1

DnaJC19 et DnaJC15 (homologues de Pam18 de la levure), Magma (TIMM16), mortaline/HSPA9 (Hsp70 mitochondriale)

Pam18, Pam16, Tim14, Tim44, Hsp70, Mge1 TbPam27, Hsp70
TIM22 Tim22, Tim54, Tim18, Sdh3, Tim12 TIMM22, TIMM29 , AGK Tim22 -----
OXA Oxa1 Oxa1 ("OXidase Assembly 1-like protein") Oxa1 Oxa1

OXA est essentielle pour :

  • L'assemblage et l'activité de la cytochrome oxydase.
  • La biogenèse de l'ATP synthase et du complexe I de la chaîne respiratoire.
Source : Chaudhuri et al. (2021)

Retour haut de page

c. La voie d'import des protéines qui possèdent une pré-séquence hydrolysable ("the presequence pathway")

C'est la voie d'import vers la matrice mitochondriale : les protéines de la matrice représentent environ 60% des protéines de la mitochondrie.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM MIA PAM integral presequence clivable precursor cytosol ribosome biochimej

Source : Wiedemann & Pfanner (2017)

Les protéines précurseurs possèdent un signal d'adressage N-terminal appelé pré-séquence qui forme des hélices amphipathiques chargées positivement. Ces pré-séquences sont généralement reconnues par les récepteurs TOM (Tom20 et Tom22) à la surface des mitochondries et elles dirigent la translocation au travers du translocon principal de la membrane externe Tom40.

  • Lors de la translocation au travers de la membrane externe, les pré-protéines sont prises en charge par la translocase de pré-séquence de la membrane interne (complexe TIM23) qui dirige leur transport au travers de la membrane interne.
  • Le potentiel de membrane (Δψ) de la membrane interne (négatif à l'intérieur) active le canal Tim23 et dirige les pré-séquences chargées positivement vers la matrice.

Le moteur associé à la translocase de pré-séquence ("Presequence translocase-Associated Motor" - PAM) contient l'HSP70 mitochondriale (chaperon central piloté par l'ATP) et 5 cinq co-chaperons. PAM favorise la translocation de l'ensemble de la chaîne polypeptidique dans la matrice.

Les pré-séquences sont éliminées par la peptidase hétérodimérique de traitement mitochondrial ("Mitochondrial Processing Peptidase" - MPP - E.C. 3.4.11.21).

Des enzymes de la matrice sont impliquées dans le contrôle qualité des chaînes polypeptidiques :

  • L'aminopeptidase de clivage intermédiaire de 55 kDa ("Intermediate cleaving peptidase of 55 kDa" - ICP55 - E.C. 3.4.11.21) et l'octapeptidyl peptidase Oct1 (E.C. 3.4.24.59) éliminent les résidus d'acides aminés déstabilisants localisés à l'extrémité N-terminale de la chaîne polypeptidique des protéines importées après hydrolyse par MPP.
  • En effet, l'extrémité N-terminale plus stable est moins sujette à la dégradation par les protéases de la matrice.

Enfin les protéines sont repliées dans leur forme native - active par l'HSP70 et d'autres protéines chaperons telles que HSP10 - HSP60.

Retour haut de page

d. La voie d'import des protéines qui possèdent un motif spécifique de cystéines

Certaines petites protéines ["small cysteine-containing proteins (small Tim)" - 8 à 22 kDa], codées par le génome nucléaire, qui contiennent un motif double CX3-9C sont d'abord transloquées par la tranlocase TOM de la membrane externe.

Puis la machinerie d'import et d'assemblage mitochondrial ("Mitochondrial Import and Assembly" - MIA) de l'espace intermembranaire crée des ponts disulfure au sein des protéines transloquées ce qui les maintient dans l'espace intermembranaire des mitochondries.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM MIA PAM integral presequence clivable precursor cysteine pont disulfure etat redox cys-rich biochimej

Source : Dickson-Murray et al. (2021)

La séquence signal hydrophobe ITS ("Intermembrane space Targeting Signal") interagit avec Mia40 qui contient 6 cystéines au sein d'un motif CPC-CX9C-CX9C :

  • La chaîne polypeptidique importée est libérée sous forme oxydée et correctement repliée.
  • Le motif CPC de Mia40 est réduit et doit être réoxydé pour permettre d'autres réactions d'import : cette réoxydation est catalysée par la sulfhydryl oxydase à FAD ERV1.
  • Les électrons sont ensuite transférés à l'oxygène moléculaire (formation de péroxyde d'hydrogène) ou au cytochrome c et au complexe IV de la chaîne respiratoire en conditions aérobies ou à Osm1 en conditions anaérobies.

Retour haut de page

e. OXA1 : la voie d'import/export de la matrice vers la membrane interne de la mitochondrie

OXA1 ("Oxidase Assembly 1") a plusieurs rôles :

  • Les protéines codées par le génome de la mitochondrie sont synthétisées par les ribosomes mitochondriaux dans la matrice puis exportées dans la membrane interne par la translocase OXA1. Le récepteur de mitoribosome Mba1 (qui se fixe à la grande sous-unité) assure la translocation co-traductionnelle des chaînes polypeptidiques.
  • Par ailleurs, certaines protéines porteuses de pré-séquence importées dans la matrice via la machinerie TOM-TIM23 sont exportées dans la membrane interne via OXA1.
  • OXA1 est indispensable pour l'assemblage de la translocase TIM22.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM MIA PAM integral presequence clivable precursor OXA OXA1 matrice ribosome biochimej

Source : Wiedemann & Pfanner (2017)

Retour haut de page

4. Insertion des protéines de topologie en tonneau β ("β-barrel") dans les membranes des mitochondries

a. Généralités

La membrane externe de la mitochondrie contient des protéines qui ont une topologie structurale en tonneau β ("β-barrel proteins") qui établissent une communication entre le cytosol et l'intérieur de la mitochondrie.

L'insertion de protéines en tonneau β dans la membrane externe est médiée par la machinerie de tri et d'assemblage mitochondrial multi-sous-unités SAM("multisubunit mitochondrial Sorting and Assembly Machinery", également appelée TOB).

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Diederichs et al. (2020)

On trouve également une topologie structurale en tonneaux β dans :

  • Les sous-unités de certaines translocases de la membrane interne de la mitochondrie et les porines.
  • La famille des lipocalines (vertébrés, végétaux, invertébrés et bactéries Gram-) : tonneau β antiparallèle à 8 brins suivi d'une hélice C-terminale.

Retour haut de page

b. Rôle de la porte latérale de Sam50 dans l'insertion des protéines en tonneau β

Le précurseur de la protéine en tonneau β est transféré via Sam50 jusqu'à la porte latérale formée par le brin β 1 et le brin β 16.

Lors de l'ouverture de la porte latérale, le signal de la protéine précurseur remplace le signal β endogène de Sam50.

Une boucle conservée dans Sam50 ("loop 6" - motif de liaison IRGF) favorise la fixation de la séquence signal à la porte latérale puis l'insertion des structures β dites en épingles à cheveux ("β hairpins") qui suivent.

La protéine en tonneau β repliée est libérée dans la membrane externe.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Höhr et al. (2018)
Po : résidu d'acide aminé polaire; G : glycine ; Hy : résidu d'acide aminé hydrophobe; C : C terminal

Caractéristiques de Sam50

Sam50 (ou Tob55) est un membre de la superfamille Omp85 typique des membranes externes des bactéries Gram-, des mitochondries et des chloroplastes. La caractéristique de cette superfamille est son domaine transmembranaire C-terminal en tonneau β.

  • Il y a environ 1500 molécules de Sam50 par cellule chez la levure.
  • Sam50 est un tonneau transmembranaire à 16 brins β avec un domaine POTRA s'étendant dans l'espace intermembranaire.
  • Le domaine POTRA est un domaine N-terminal (environ 100 acides aminés) impliqué dans la reconnaissance et le transfert des précurseurs de protéines en tonneau β.

Retour haut de page

c. Caractéristiques des protéines en tonneau β

La topologie en tonneau β est caractérisée par le nombre n de brins antiparallèles et par le nombre S de cisaillements ("shear") qui mesure l'angle d'inclinaison (36° à 44°) des brins par rapport à l'axe du tonneau.

Exemples de motifs et de repliements en tonneau β :

  • Classification générale SCOPe (id. 1000001) : "All beta proteins - Proteins containing predominantly beta-strands".
  • Le motif "up and down" : 8 brins β anti-parallèles adoptent une topologie où chaque brin établit des liaisons hydrogène avec le brin qui le précéde et le brin qui le suit.
  • Le motif "jelly roll" : 8 brins β anti-parallèles disposés en 2 feuillets à 4 brins. Des brins adjacents sont alternés entre les 2 feuillets de sorte qu'ils sont "enroulés" en trois dimensions pour former le tonneau.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM tonneau beta barrel greek key jelly roll up down biochimej

Le domaine "small β-barrel" :

  • 4 ou 5 (voire 6) brins β.
  • Les brins de ce type de domaine sont courts (4 à 6 résidus d'acides aminés) et reliés par des boucles.
  • En conséquence, le domaine est constitué de moins de 100 résidus d'acides aminés. Par comparaison, les protéines en tonneau β transmembranaires contiennent environ 150 à 700 résidus d'acides aminés.
  • Exemple : GroES-like - classification SCOPe : b-35 (n= 4, S = 8).

Le repliement "double-psi β barrel" :

  • 6 brins β parallèles et anti-parallèles.
  • Certains brins sont reliés par une hélice de pas droit (hélice α ou hélice 310). L'angle de torsion entre les brins proche et médian est plus grand que celui entre les brins moyen et éloigné.
  • Exemple : la peptidoglycane transglycosylase endolytique (RlpA), protéine de la membrane externe de certaines bactéries.
  • Voir la classification SCOPe.

Le repliement OB-fold ("Oligonucleotide/Oligosaccharide-Binding fold)" :

  • 5 ou 6 brins β constitués de 70 à 80 résidus d'acides aminés.
  • Ce repliement est adopté par des protéines appartenant aux 3 règnes.
  • Son architecture s'est adaptée pour fixer différents ligands (oligosaccharides, oligonucléotides, protéines, ions métalliques, substrats catalytiques) de diverses manières.

Visualisation de Tom40 de de Neurospora crassa à une résolution de 6,8 Å

Structure déterminée par cryomicroscopie électronique.

Code PDB : 5O8O

Retour haut de page

5. Structure de la membrane interne des mitochondries - Le complexe MICOS

La partie de la membrane interne des mitochondries qui est parallèle à la membrane externe est appelée membrane interne limite ou bordante ("inner boundary membrane").

L'autre partie de la membrane interne de la mitochondrie forme des crêtes de dimensions variables vers la matrices : elle est appelée membrane des crêtes ("cristae membrane"). Cette structure lui confèrent une très grande surface où ont lieu les réactions biochimiques. Les mitochondries dont les crêtes ont une structure incorrecte sont associées à de très graves pathologies.

La formation, la structure, le remodelage dynamique et les jonctions des crêtes résultent de l'action de divers acteurs : le complexe appelé système d'organisation des crêtes et des sites de contact mitochondriaux ("MItochondrial contact site and Cristae Organizing System" - MICOS), la GTPase OPA1 de type dynamine, l'ATP synthase F1-F0 (courbure positive de la membrane) et la cardiolipine.

Synthese assemblage inner outer membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria TIM TOM SAM MIA PAM OXA MICOS ERMES cristae crete OPA1 ATP synthase matrice biochimej

Source : Pfanner et al. (2019)

Le complexe MICOS est composé de sept sous-unités (Mic10, Mic13, Mic19, Mic25, Mic26, Mic27 et Mic60) :

  • Mic10 forme de grands oligomères à la base des jonctions de crêtes de la membrane interne et elle interagit avec Mic12, Mic26 et Mic27.
  • Mic60 forme des sites de contact avec la membrane externe et elle interagit avec la protéine régulatrice Mic19.
  • Mic60 possède un grand domaine dans l'espace intermembranaire qui interagit avec la translocase TOM et les les machineries SAM et MIA. Mic60 positionne Mia40 près du canal TOM.

MICOS interagit avec SAM via le domaine associé au transport de polypeptides ("the POlypeptide TRAnsport-associated (POTRA) domain") de Sam50.

Retour haut de page

6. Contacts entre le RE et la mitochondrie

a. Le complexe ERMES ("ER - Mitochondria Encounter Structure")

C'est un complexe protéique composé de 4 protéines qui relie le RE et ala mitochondrie :

  • La protéine de maintien de la morphologie mitochondriale ("Maintenance of Mitochondrial Morphology 1" - Mmm1) est ancrée dans la membrane du RE.
  • Les protéines de la distribution et de la morphologie mitochondriales ("Mitochondrial Distribution and Morphology") Mdm10 et Mdm34 sont intégrées dans la membrane externe des mitochondries.
  • La protéine Mdm12 est une protéine périphérique de la membrane externe.

b. Le réseau d'organisation ERMIONE ("endoplasmic reticulum (ER) - MItochondria Organizing NEtwork") entre la mitochondrie et le RE

Les sites de contacts entre les membranes externe et interne de la mitochondrie et les sites de contacts entre la membrane externe de la mitochondrie et le RE sont des éléments cruciaux d'un vaste réseau qui contrôle la biogenèse des protéines et des lipides, l'architecture et la dynamique des membranes, le transport des ions et des métabolites, la dynamique mitochondriale et l'hérédité.

mitochondrial contact site cristae organizing system ERMIONE endoplasmic reticulum endoplasmique MICOS ERMES encounter structure MIC TOM SAM MIA biochimej

Source : Wiedemann & Pfanner (2017)

En effet, le complexe MICOS de la membrane interne de la mitochondrie, la translocase TOM de la membrane externe de la mitochondrie et la machinerie SAM de la membrane externe de la mitochondrie forme le coeur du grand réseau d'organisation ERMIONE.

Ce réseau établit une multitude d'interactions dynamiques avec :

  • Le complexe multi sous-unités ERMES ("ER - Mitochondria Encounter Structure")
  • D'autres sites de contacts entre la mitochondrie et le RE qui impliquent :
    • le récepteur Tom70
    • les récepteurs de l'inositol trisphosphate
    • la protéine de transfert lipidique Lam6
    • des sites de contacts entre la vacuole et la mitochondrie (y compris Tom40 et la protéine de pontage Vps39)
    • la kinase "PTEN-induced putative kinase 1" (PINK1)
    • le système d'import et d'assemblage de protéines de l'espace intermembranaire Mia40
    • des complexes de la chaîne respiratoire et l'ATP synthase F1-F0
    • la protéine OPA1 ("the fusion protein optic atrophy 1") de la membrane interne
    • les nucléoïdes de l'ADN mitochondrial avec le facteur de transcription A (TFAM)

En conclusion, ERMIONE forme un système transmembranaire qui coordonne la biogenèse des protéines et des lipides, les aspects énergétiques, l'hérédité et le contrôle qualité des mitochondries (biogénèse et morphologie).

Retour haut de page

7. Biogénèse des protéines des membranes des chloroplastes

Environ 95% des protéines chloroplastiques sont codées par le génome nucléaire et doivent être importées dans les chloroplastes :

  • Les pré-protéines chloroplastiques possèdent un signal d'adressage sous la forme d'un peptide de transit N-terminal de séquence très hétérogène et une charge globalement positive.
  • Cette absence de séquence d'adressage consensus dans les chloroplastes contraste avec le signal d'adressage conservé dans les mitochondries.

L'import dans les plastes des protéines précurseurs traduites dans le cytosol est réalisé par les translocons de l'enveloppe externe et de l'enveloppe interne du chloroplaste ("Translocon at the Outer/Inner envelope of the Chloroplast"), TOC et TIC respectivement, et des chaperons solubles.

  • Ces translocons de pré-protéines sont des complexes protéiques semblables à ceux des mitochondries.
  • TCDB 3.A.9 : "The Chloroplast Envelope Protein Translocase (CEPT or Tic-Toc) Family" - base de données "Transporter Classification Database".
  • La translocation d'une pré-protéine via la machinerie TOC-TIC nécessite l'hydrolyse de 650 molécules d'ATP en moyenne.

a. Translocation au travers de la membrane externe des chloroplastes

Le complexe TOC (enveloppe externe) pour la translocation de précurseurs photosynthétiques est composé de Toc33, Toc64, Toc75 et Toc159.

Le complexe TOC pour l'import de précurseurs non photosynthétiques est composé de Toc34, Toc75, Toc120 et Toc132.

  • L'élément central de TOC est Toc75, membre de la famille Omp85.
  • La région N-terminale (≈ 30 kDa) de Toc75 contient 3 domaines POTRA.
  • La région C-terminale (≈ 45 kDa) de Toc75 contient 16 brins β transmembranaires qui constituent le tonneau β intégré dans la membrane.
  • Le génome d'Arabidopsis thaliana contient 3 séquences codant Toc75 (atTOC75-I, atTOC75-III et atTOC75-IV).

La protéine précurseur est d'abord transloquée par le complexe TOC. Si elle est destinée à être intégrée dans la membrane externe sous forme de tonneau β, elle est transférée à Oep80 ("Chloroplast Outer Envelope Protein 80 kDa", TCDB 1.B.33.2.2) qui la replie et l'intègre dans cette membrane.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis chloroplaste TOC TIC TOc75 tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Jarvis & Lopez-Juez (2013)

b. Translocation au travers de la membrane interne des chloroplastes

La translocation au travers de la membrane interne est médiée par le complexe TIC composé de Tic20, Tic21, Tic22, Tic56, Tic100 et Tic214.

  • Tic20 semble spécifique des précurseurs photosynthétiques.
  • Tic22 est une protéine soluble de l'espace intermembranaire qui interagit avec les pré-protéines lors de l'import.
  • Tic236 relie les 2 translocons TIC et TOC. Tic236 est nécessaire pour l'import des précurseurs de HSP93, de Tic40 et de la RuBisCO dans le stroma.
  • Le complexe "moteur" constitué du co-chaperon Tic40 stimule l'hydrolyse de l'ATP par HSP93 et libère le peptide d'adressage de Tic110.
  • Tic40 est également impliqué dans l'insertion des protéines issues du stroma dans la membrane interne des chloroplastes.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis chloroplaste TOC TIC TOc75 tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Thomson et al. (2020)
OEM : membrane externe; IMS : espace intermembranaire; IEM : membrane interne

Le peptide d'adressage est traité en 2 étapes :

  • La première hydrolyse est catalysée par la peptidase de traitement du stroma ("Stromal Processing Peptidase" - SPP) et génère l'intermédiaire qui se retrouve dans le stroma.
  • La seconde hydrolyse est catalysée par une peptidase du signal de type I (éventuellement PLSP1, E.C. 3.4.21.89) et nécessite une association avec la membrane interne.

Retour haut de page

8. Biogénèse des protéines des membranes des peroxysomes

a. Généralités

Les peroxysomes sont des organites à 1 membrane présents dans presque toutes les cellules eucaryotes. Les fonctions des peroxysomes englobent notamment :

  • La β-oxydation d'acides gras à plus de 18 carbones.
  • La synthèse de la bile, du cholestérol, le métabolisme des acides aminés et des purines.
  • Le piégeage des espèces réactives de l'oxygène ("Reactive Oxygen Species" - ROS) générées par diverses voies métaboliques. Le système antioxydant des peroxysomes des végétaux est très sophistiqué : catalases, glutathion peroxydases, un cycle ascorbate-glutathion (composé de plusieurs enzymes) impliqué dans la décomposition du peroxyde d'hydrogène.

Le contenu, le nombre et la taille des peroxysomes peuvent changer rapidement en réponse aux signaux environnementaux. Les peroxysomes superflus et/ou endommagés par l'oxydation sont dégradés par un processus appelé pexophagie.

La biogenèse des peroxysomes implique au moins 37 protéines appelées peroxines (codées par les gènes Pex) qui ont un rôle dans divers processus :

  • L'adressage et l'insertion des protéines membranaires des peroxysomes ("Peroxisomal Membrane Proteins" - PMP) dans la membrane peroxysomale.
  • L'adressage et l'import de protéines solubles dans la matrice des peroxysomes.
  • Le contrôle de la taille, de l'abondance et de l'hérédité des peroxysomes.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis peroxysome peroxisome PEX5 PEX7 PST pexophagie reticulum biochimej

Source : KEGG (La figure du site KEGG est interactive et permet d'accéder à un trés grand nombre d'informations)

Retour haut de page

b. Mécanismes d'import dans la membrane et dans la matrice

Les peroxysomes ne possèdent ni génome ni machinerie de synthèse protéique : ils doivent importer leurs protéines (après traduction dans le cytosol) dans leur membrane. Deux voies d'adressage et d'insertion co-existent.

α. La voie de tri direct

Pex19 se fixe aux PMP nouvellement traduites dans le cytosol et agit comme protéine chaperon en interagissant avec leurs domaines hydrophobes couvrant la membrane. Le complexe [Pex19-PMP] se lie à la peroxine membranaire intégrale Pex3 et est inséré dans la membrane par un mécanisme encore inconnu.

β. Le transit intermédiare via le RE

La détection de PMP à l'intérieur du RE est à l'origine d'un modèle suggèrant que le RE est à l'origine de la biogenèse des peroxysomes en médiant le trafic des PMP vers les peroxysomes via des vésicules bourgeonnantes.

  • Pex3 joue un rôle dans le tri intra-RE des PMP et PEX19 dans le bourgeonnement des vésicules.
  • Pex16 joue un rôle dans la voie indirecte.
  • La contribution de cette voie dérivée du RE à la population totale des peroxysomes et les mécanismes d'entrée / sortie des PMP du RE sont cependant sujettes à controverse.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis peroxysome peroxisome PEX5 PEX7 PST pexophagie reticulum biochimej

Source : Jansen et al. (2021)

Import des protéines dans la matrice peroxysomale

Les peroxysomes doivent également importer les protéines dans leur lumière appelée matrice peroxysomale. Ce mécanisme importe des protéines entièrement repliées (voire sous formes d'oligomères).

Schématiquement, l'import dans la matrice des peroxysomes est catalysée par une dizaine de PMP intégrales ou périphériques qui : (i) amarrent le complexe [récepteur d'import / protéine à transloquer] à la membrane peroxysomale; (ii) transloquent la protéine dans la matrice de l'organite par un pore de translocation; (iii) exportent le récepteur vers le cytosol et le recyclent.

Après synthèse dans les ribosomes, les protéines qui contiennent les signaux d'adressage aux peroxysomes ("Peroxisomal Targeting Signals") PTS1 (extrémité C-terminale) ou PTS2 (extrémité N-terminale) se fixent à leur récepteur respectif, Pex5 ("Peroxisomal Targeting Signal 1 Receptor") ou Pex7, et forment un complexe [récepteur- protéine à transloquer].

  • Le domaine N-terminal intrinsèquement désordonné de Pex5 contient 7 motifs WXXXF/Y et 1 motif LVAEF qui se fixent au domaine N-terminal de Pex14 ancrée dans la membrane : un pore transitoire se forme et la protéine à transloquer passe au travers de la membrane. Pex1 est requis pour la stabilité de Pex5.
  • Pex7 contient des domaines répétés WD40 qui se replient dans une structure hélicoïdale et interagissent avec le motif PTS2. Le pore pour l'import de protéines qui possèdent PTS2 est formé par Pex13, Pex14, Pex17 et Pex18.

Le recyclage du récepteur implique :

  • L'ubiquitination du récepteur : les peroxines impliquées sont Pex2, Pex4 (E.C. 2.3.2.23, "E2 ubiquitin-conjugating enzyme"), Pex10 et Pex12.
  • L'extraction du récepteur de la membrane par un complexe ATPase de type AAA ("ATPases Associated with diverse cellular Activities") : Pex1 et Pex6. Ce mécanisme est semblable au contrôle qualité des protéines et à la dégradation associée au RE ("Endoplasmic Reticulum Associated Degradation" - ERAD).
  • Pex1 est ancrée par Pex26 aux membranes des peroxysomes pour former éventuellement des complexes avec les ATPases AAA.

Retour haut de page

9. Les protéines des membranes des bactéries

a. La membrane externe

Les bactéries Gram- ont une enveloppe cellulaire qui comprend une membrane interne, une couche de peptidoglycane et une membrane externe.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis bacterie bacteria SEC TAT OMP85 periplasme polysaccharide peptidoglycane biochimej

Source : Dreamstime

La membrane externe des bactéries à Gram- est constituée d'un feuillet interne de phospholipides et d'un feuillet externe de lipopolysaccharides réticulés par des cations divalents chélatés. Cette membrane asymétrique forme une structure robuste qui stabilise l'enveloppe cellulaire.

La membrane externe est un facteur de virulence des bactéries pathogènes. C'est également une composante majeure de la résistance aux antibiotiques des bactéries Gram- :

  • Des petits antibiotiques (de masse molaire < 700 Da) traversent cependant la membrane externe via des porines telles que OmpF ("Outer membrane porin F") ou OmpC qui parsèment la surface de certaines bactéries.
  • Pour contrer les effets des antibiotiques, les bactéries s'adaptent :
    • Par exemple, TolC est un canal d'efflux de la membrane externe qui expulse de manière active certains médicaments et contre ainsi les effets des antibiotiques.
    • TolC est également le canal de sécrétion de l'hémolysine, toxine qui lyse les globules rouges.

Les récepteurs TonB (PF00593) de la membrane externe des bactéries Gram- forment une famille de protéines en tonneau β :

  • Les récepteurs TonB transmettent les signaux extérieurs dans le cytoplasme ce qui induit l'activation de la transcription de gènes cibles.
  • Les récepteurs TonB sont associés à l'absorption et au transport de substrats tels que les sidérophores (chélateurs du fer) et la vitamine B12.

Retour haut de page

b. Biogénèse des protéines en tonneau β de la membrane externe

Les protéines de la membrane externe ("Outer Membrane Proteins" - OMPs) des bactéries forment des tonneaux β transmembranaires avec un nombre pair (8 à 36) de brins et 8 à 24 cisaillements.

Environ 2,5% des gènes des bactéries Gram- codent des porines en tonneau β. Les toxines bactériennes comme l'hémolysine adoptent également une topologie en tonneau β.

Exemples de protéines bactériennes en tonneau β :

  • 8 brins β : OmpA (Escherichia coli, pore de diffusion non spécifique), OmpX, NspA (Neisseria meningitidis, adhésine) et PagP
  • 10 brins β : OmpT (Escherichia coli, protéase)
  • 12 brins β : NalP, TolC (pompe d'efflux de solutés) et OmPlA (Escherichia coli, phospholipase)
  • 14 brins β : FadL (Escherichia coli, transporteur d'acides gras)
  • 16 brins β : Omp32, OmpF (Escherichia coli), porine) et PhoE (porine de phospate inorganique et de solutés chargés négativement)
  • 18 brins β : maltoporine (LamB, transport du maltose et de maltodextrines) et porine du saccharose (ScrY)
  • 22 brins β : FepA (Escherichia coli, transporteur), BtuB et FhuA (Escherichia coli, transporteur ABC dur ferrichrome)
  • 24 brins β : PapC (Escherichia coli)
  • OmpA, FhuA, BtuB, FadL et OmpG sont des monomères; OmPlA et PapC sont des dimères; OmpF et PhoE, LamB, OmpK36 et ScrY sont des trimères.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis mitochondrie mitochondria OMPT OMPA PHOE porin tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Kleinschmidt J.H. (2015)

Les protéines en tonneau β sont synthétisées dans le cytosol puis sécrétées dans le périplasme au travers de la membrane interne par la translocase SEC.

Enfin, l'assemblage et l'intégration des protéines en tonneau β dans la membrane externe des bactéries Gram- est catalysée par la machinerie d'assemblage des protéines en tonneau β ("Bacterial β-barrel Assembly Machinery" - BAM) :

  • Famille 1.B.33 : "The Outer Membrane Protein Insertion Porin (Bam Complex) (OmpIP) Family" (base de données "Transporter Classification Database").
  • Le complexe BAM est constitué de 5 sous-unités : BamA, BamB, BamC, BamD et BamE (lipoprotéines).
  • PDB 5D0O : structure du complexe Bam(ABCDE) complet.
  • La sous-unité centrale de BAM est BamA :
    • BamA est un membre de la famille Omp85 à 16 brins β. Elle contient 5 domaines POTRA ("N-terminal POlypeptide TRansport-Associated") qui s'étendent dans le périplasme.
    • Elle est essentielle pour la biogenèse des protéines de la membrane externe des bactéries.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis BAM OMP85 bacterie tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Diederichs et al. (2021)

Retour haut de page

c. Protéines de la membrane interne des bactéries : voies SEC et TAT

La membrane interne des bactéries Gram- est une bicouche phospholipidique d'environ 6 nm d'épaisseur. Elle forme une barrière semi-perméable, entre le cytoplasme et le périplasme, qui contrôle l'export et l'import d'ions, de polymères d'oses, d'ADN et de protéines.

La modélisation suggère que la fixation d'OmpA ("Outer membrane protein A" - membrane externe) et de TolR ("Tol-Pal system protein TolR" - membrane interne - environ 900 molécules par cellule d'Escherichia coli) au peptidoglycane maintient la position de la paroi cellulaire dans le périplasme approximativement à égale distance des membranes interne et externe.

Il semble que la protéine trimérique Lpp ("Major outer membrane Lipoprotein") contrôle la largeur du périplasme, ajuste son angle d'inclinaison pour s'adapter à l'espace disponible et peut compenser en partie l'absence d'OmpA.

La voie sécrétoire SEC

  • Elle traite la majorité des protéines exportées et fonctionne à la fois comme translocase pour les protéines sécrétées et comme insertase pour les protéines membranaires.L'insertase YidC assiste la voie SEC ou opère indépendamment avec certaines protéines membranaires.
  • La voie SEC et l'insertase YidC exigent que les protéines qu'elle transloquent adoptent une structure non repliée soluble.
  • La machinerie SEC est composée du canal SecYEG et de l'ATPase SecA, qui génère la force motrice qui transloque la protéine au travers de la membrane (cette translocation peut être aussi alimentée par le gradient de protons transmembranaire).
  • Du côté cytoplasmique de la membrane, la protéine transloquée se replie dans sa conformation native avec l'aide de facteur tel que SecB.

La voie de translocation d'arginines jumelles ("Twin-Arginine Translocation" - TAT)

  • Cette voie ne transloque que les protéines entièrement repliées, certaines pouvant être chargées de groupes prothétiques.
  • La machinerie TAT est composée de TatA, TatB et TatC. Le complexe TatB-TatC fixe les protéines substrats de TAT par l'intermédiaire de leurs peptides signaux. TatA est recrutée par le complexe TatBC activé et transporte le substrat.
  • La voie TAT est également alimentée par la force proton motrice transmembranaire.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis BAM OMP85 bacterie tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Frain et al. (2019)

Figure ci-dessus :

  • Voie SEC à gauche : exemple de la prise en charge de la chaîne polypeptidique non repliée du précurseur de OmpA.
  • Voie TAT à droite : exemple de la prise en charge de la chaîne polypeptidique repliée du précurseur de TorA ("Trimethylamine-N-Oxide Reductase 1" - E.C. 1.7.2.3). L'insertion et le repliement du cofacteur peut être aidés par une protéine chaperon telle que TorD.

Les peptides signaux des voies TAT et SEC

Le peptide signal N-terminal des chaînes polypeptidiques naissantes les dirige vers la translocase correcte SEC ou TAT.

  • Les peptides signaux des voies TAT et SEC ont une partie N-terminale chargée positivement, une partie hydrophobe et une région C-terminale et un site de hydrolyse Ala-X-Ala (X est n'importe quel acide aminé) par la peptidase du signal.
  • Les peptides signaux TAT ont une longueur d'environ 30 résidus d'acides aminés et les peptides signaux de la voie SEC ont une longueur de 17 à 24 résidus d'acides aminés.

Synthese assemblage membrane protein membranaire biogenesis BAM OMP85 bacterie tonneau beta barrel integral biochimej

Source : Frain et al. (2019)

Par ailleurs, les peptides signaux TAT sont :

  • Moins hydrophobes et contiennent souvent des résidus d'acides aminés basiques.
  • Caractérisés par le motif à double arginine S-R-R-X-F-L-K (X est un acide aminé polaire) entre la partie N-terminale et la partie hydrophobe. Les résidus arginine sont essentiels pour le processus d'export des protéines mais une substitution RR en KR est tolérée.

 

10. Liens Internet et références bibliographiques

"Endoplasmic Reticulum, Golgi Apparatus, and Lysosomes" (Scitable Nature Education)

"Tertiary Protein Structure and Folds"

Aller au site

Swissmodel (Expasy)

Castillo et al. (1999) "A six-stranded double-psi β barrel is shared by several protein superfamilies" Structure 7, 227 - 236

Bolender et al. (2008) "Multiple pathways for sorting mitochondrial precursor proteins" EMBO reports 9, 42 - 49

Fairman et al. (2011) "The structural biology of β-barrel membrane proteins: a summary of recent reports" Curr. Opin. Struct. Biol. 21, 523 - 531

Jarvis & Lopez-Juez (2013) "Biogenesis and homeostasis of chloroplasts and other plastids" Nat. Rev. Mol. Cell Biol. 14, 787 - 802

Article

Article

Article

Article

Cymer et al. (2015) "Mechanisms of integral membrane protein insertion and folding" J. Mol. Biol. 427, 999 - 1022

Höhr et al. (2015) "Assembly of β-barrel proteins in the mitochondrial outer membrane" Biochim. Biophys. Acta 1853, 74 - 88

Kleinschmidt J.H. (2015) "Folding of β-barrel membrane proteins in lipid bilayers — Unassisted and assisted folding and insertion" Biochim. Biophys. Acta - Biomembranes 1848, 1927 - 1943

Mayerhofer P. U. (2016) "Targeting and insertion of peroxisomal membrane proteins: ER trafficking versus direct delivery to peroxisomes" Biochim. Biophys. Acta 1863, 870 - 880

Article

Article

Article

Article

Pfeffer et al. (2017) "Dissecting the molecular organization of the translocon-associated protein complex" Nat. Commun. 8, 14516

Linxweiler et al. (2017) "Let's talk about Secs: Sec61, Sec62 and Sec63 in signal transduction, oncology and personalized medicine" Signal Transduct Target Ther. 2, 17002

Wiedemann & Pfanner (2017) "Mitochondrial machineries for protein import and assembly" Annu. Rev. Biochem. 86, 685 - 714

Chaturvedi et al. (2017) "Transmembrane β-barrels: Evolution, folding and energetics" Biochim. Biophys. Acta Biomembr. 1859, 2467 - 2482

Höhr et al. (2018) "Membrane protein insertion through a mitochondrial β-barrel gate" Science 359, eaah6834

Article

Article

Article

Article

Article

Wu et al. (2019) "Structure of the post-translational protein translocation machinery of the ER membrane" Nature 566, 136 - 139

Shu-ou Shan (2019) "Guiding tail-anchored membrane proteins to the endoplasmic reticulum in a chaperone cascade" J. Biol. Chem. 294, 16577 - 16586

Pfanner et al. (2019) "Mitochondrial protein organization: from biogenesis to networks and function" Nat. Rev. Mol. Cell Biol. 20, 267 - 284

Youkharibache et al. (2019) "The small β-barrel domain: a survey-based structural analysis" Structure 27, 6 - 26

Frain et al. (2019) "Transport of folded proteins by the Tat system" Protein J. 38, 377 - 388

Article

Article

Article

Article

Article

O'Keefe & High (2020) "Membrane translocation at the ER: with a little help from my friends" FEBS Journal 287, 4607 - 4611

Pleiner et al. (2020) "Structural basis for membrane insertion by the human ER membrane protein complex" Science 369, 433 - 436

Diederichs et al. (2020) "Structural insight into mitochondrial β-barrel outer membrane protein biogenesis" Nat. Commun. 11, 3290

Thomson et al. (2020) "Protein import into chloroplasts and its regulation by the ubiquitin-proteasome system" Biochem. Soc. Trans. 48, 71 - 82

Article

Article

Article

Article

Hegde & Keenan (2021) "The mechanisms of integral membrane protein biogenesis" Nat. Rev. Mol Cell Biol. doi: 10.1038/s41580-021-00413-2

Morgana et al. (2021) "SRPassing co-translational targeting: the role of the signal recognition particle in protein targeting and mRNA protection" Int. J. Mol. Sci. 22, 6284

Soni et al. (2021) "Structural analysis of the SRP Alu domain from Plasmodium falciparum reveals a non-canonical open conformation" Commun. Biol. 4, 600

Zhang et al. (2021) "Ribosome-bound Get4/5 facilitates the capture of tail-anchored proteins by Sgt2 in yeast" Nat. Commun. 12, 782

Article

Article

Article

Article

Chaudhuri et al. (2021) "Diverse Functions of Tim50, a Component of the Mitochondrial Inner Membrane Protein Translocase" Int. J. Mol. Sci. 22, 7779

Diederichs et al. (2021) "Building Better Barrels – β-barrel Biogenesis and Insertion in Bacteria and Mitochondria" J. Mol. Biol. 433, 166894

Dickson-Murray et al. (2021) "The Mia40/CHCHD4 oxidative folding system : redox regulation and signaling in the mitochondrial intermembrane space" Antioxidants (Basel) 10, 592

Gaussmann et al. (2021) "Membrane interactions of the peroxisomal proteins PEX5 and PEX14" Front. Cell Dev. Biol. 9, 651449

Article

Article

Article

Article

Jansen et al. (2021) "Comparative genomics of peroxisome biogenesis proteins: making sense of the PEX proteins" Front. Cell Dev. Biol. 9, 654163

Mendez et al. (2022) "Cryo-EM of CcsBA reveals the basis for cytochrome c biogenesis and heme transport" Nat. Chem. Biol. 18, 101 - 108

Article

Article

Retour haut de page

biochimej Valid XHTML 1.0 Transitional